L’histoire de Dickens et son Conte de Noël

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Share on StumbleUpon0

dickens

 

Noël c’est retomber en enfance. Se sentir à nouveau dans la peau d’un petit, incrédule avec la tête pleine d’illusions et de rêves. C’est précisément pour les enfants que Charles Dickens a écrit “Un Chant de Noël” en 1843. Vous aimez ce livre? Vous êtes fan de Dickens? Vous souhaitez en savoir plus sur lui? Son succès fut tel qu’après sa mort, il y eut de nombreuses versions de son œuvre la plus célèbre. Pour entrer dans sa vie, la première chose à faire est un voyage à Londres.

Vous connaissez parfaitement l’histoire de “Un Chant de Noël“. Un homme très farouche et peu sociable reçoit la visite de trois fantômes: l’esprit des Noëls passés, celui des Noëls présents et enfin celui des Noëls futurs. Cet ancien et malveillant homme d’affaires nommé Ebenezer Scrooge s’ennuyait, vivant la même routine tous les jours jusqu’à ce moment-là. Puis il changea sa manière d’être. Ces fantômes lui firent voir son passé, son présent et surtout l’avenir difficile qui l’attendait s’il continuait avec cette attitude maussade et malveillante. Cela lui changea la vie et cette expérience lui apprit que toute la magie de Noël est dans le partage.
Continuons avec l’histoire Charles Dickens. Une fois que nous nous sommes introduits dans cette œuvre particulière de l’auteur, il est temps de suivre ses pas dans la ville qu’il aimait tant. Découvrons le Londres “dickensien” qui a au moins trois arrêts obligatoires: Brixton, Hackney et Tottenham. Par exemple, vous pourrez boire un verre dans le pub où l’écrivain essayait de se détendre après une journée (Ye Olde Cheshire Cheese). Dans Fleet Street, il travailla de nombreuses années comme journaliste et écrivain. Là, précisément il ouvrit deux hebdomadaires (All the Year Around y Housegold Words). Il existe un point de départ obligé dans cette histoire Charles Dickens, c’est l’usine de cirage Warren où il travailla à seulement 12 ans, tandis que son père était en prison.
Londres est une ville qui cache de nombreux secrets de Dickens et mieux encore, il est possible de les visiter. Voici quelques exemples: Dans la rue Sheffield existe toujours un immense bâtiment blanc et vert qui inspira une autre de ses œuvres: Le magasin d’antiquités. Il y a un panneau sur la porte qui le corrobore. Entre les rues Snow Hill et Saffron Hill se situe l’école Field Lane Ragged School, Dickens étudia aux côtés d’autres enfants issus de familles pauvres et sans ressources.
Sans aucun doute, le numéro 48 de Doughty Street est un autre des arrêts obligatoires si vous voulez connaître le vrai Dickens. Là, il déménagea en 1837, épouse sa femme et eut son premier enfant. La maison de Dougthy Street est la seule maison de l’écrivain qui existe toujours et vaut la peine d’être visitée. Cette maison, de quatre étages et de style géorgien fut transformée en 1925 en Musée Dickens. Toute une référence pour la ville.

Et pour découvrir les derniers endroits qu’il fréquenta: le quartier de Bloomsbury. Là se trouve le bureau où il écrivit jusqu’à quasiment la fin de ses jours. Dickens ne se sépara jamais de sa plume. Au sens littéral, bien sûr.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Share on StumbleUpon0

Comentarios

comments